4 ème conférence UTD 2017-2018 Les Basques

Marie-Chantal Martinez Par Le 01/11/2017 0

Dans Conférences

Les Basques - un pays - un peuple - une culture

Une présentation à l'Auditorium par un adhérent  aux origines basques et très au fait de ce pays.

Maisons du pays Basque

 

Maison pays basque

Les Basques

Une présentation à l'Auditorium par un adhérent  aux origines basques et très au fait de ce pays.

(L.C)

Que sont les Basques et leur pays (Euskual herria) ?

Un territoire complexe à cheval sur les Pyrénées Occidentales et la frontière espagnole  d'une superficie de 2000 Km2 pour 3 millions d'habitants et constitué de 7 provinces dont 4 en Espagne et  3 en France, le tout dans 3 régions administratives distinctes.

L'originalité de ce pays tient dans son histoire,sa langue et sa génétique.

Dans ce pays marqué depuis le préhistoire et colonisé par la première migration pré indo européenne, les Vascons, l'un des peuples en période romaine ont résisté aux envahisseurs successifs et établi un réduit Vasconie/Gascogne constitué en duché au  VI siècle,distinct du duché d'Aquitaine .

La langue basque est certainement le marqueur essentiel de leur identité et sa sonorité  est très différente des sonorités latines

Encore faut il distinguer ceux qui le comprennent et ceux qui le parlent.Le sentiment identitaire est assez fort pour se revendiquer Basque sans en posséder la langue.Le terme Euskotarra celui qui se reconnait ethniquement Basque sans le parler.

La langue basque est pré-indoeuropéenne.Le protobasque apparenté à l'Ibère et l'Aquitain a intégré des emprunts aux langues romanes et évolué isolement du fait de sa résistance historique et peut être de caractères identitaires .Le Protobasque/Aquitain a connu son apogée au 1er siècle évoluant jusqu'à la langue basque contemporaire réduite au pays basque actuel.

Mais à quoi ressemble les Basques ?

Le béret ne suffit pas, le béret dit basque est un abus de langage manifeste car le béret est béarnais.

Pour les Basques on a longtemps pensé qu'il s'agissait d'un isolat,mais ils se sont mélangés davantage qu'on ne le pensait et comme il n'y a pas de peuple pur, il n'y a pas de langue pure .

Sans rentrer dans des considérations de génétique nous dirons que les Basques ne se différencient pas des autres peuples en particulier espagnol et si isolat il y a il est sutout linguistique avec des particularités sans doute dûes en l'endogamie.

Comment est la société basque ?

Elle est essentiellement et fondamentalement rurale.

Les règles de société sont réglées par les Fors:lois locales,coutumes,privilèges,libertés particulières La proprièté est communautaire et l'individu disparaît au profit du collectif.La nature ne se prétant guére à la culture,les Basques se sont tournés vers l' élevage.

Dans la vie quotidienne,la maison familiale l'Etxe est différente selon la province.Au delà de la simple habitation l'Etxe reconnaissable par ses couleurs est considérée comme unité de base de la société et ne se limite pas uniquement aux murs.Patrimoine indivis, donc pas de partage, l'Etxe est quasiment une personne morale au service de laquelle les individus sont soumis, seul l'ainé(e) hérite de tout, non seulement des biens mais surtout de la responsabilité.

Qu'en est il de la religion ?

Elément important de la culture basque où quelques rares inscriptions au II siècle ont pu témoigner d'une présence chrétienne, mais le christianisation  est plus tardive, et il faudra attendre le XII siècle pour que le christianisme s'impose.

Par la suite le catholicisme s'est profondément implanté dans le tissu basque et le drapeau (Ikurina) en porte la marque sous forme d'une croix blanche avec celle  en vert (Guernica) de la croix  de St André, sur fond rouge couleur du peuple.

Le pays basque c'est aussi son folklore, son romantisme, ses jeux de balles, ses chants et danses marqueurs incontestables au pied des Pyrénées, et sa présentation qui en a été faite ici éclaire quelques unes des représentations qui viennent à l'esprit sur cette contrée et ce peuple même si quelques mystéres demeurent.

Suivant texte de MM DUTILH et GRANDOU 

L.C  

Ajouter un commentaire