L'ésotérisme germanique des racines païennes au IIIe Reich

Marie-Chantal Martinez Par Le 14/10/2013 0

Dans Conférences

Des origines des légendes païennes au IIIe Reich, dans sa conférence, Paul Martinez nous a fait revivre une des facettes de la doctrine nazie, peu évoquée et absente de nos manuels scolaires. Découvrez en quelques mots le résumé de cette conférence qui a eut lieu à l'UTD.

La première partie de l’exposé est consacrée aux fondements de l’ésotérisme germanique, à savoir :

  • la mythologie nordique
  • les enseignements occultes des grandes traditions vantant la grandeur de la magna germania antique
  • les sociétés secrètes qui vont éduquer un petit nombre d’initiés pour servir de guide au peuple « élu »

La deuxième partie est consacrée à l’histoire contemporaine jusqu’à la fin de la 2ème guerre mondiale.

Tous les personnages clés de l’époque, Hitler et les dirigeants du Reich, ont en commun leur appartenance aux différentes sociétés secrètes qui ont fleuri après la 1ère guerre mondiale lorsque l’Allemagne était dans un état permanent d’insurrection et de violence. Ces groupements avaient en commun une préoccupation obsessionnelle pour l’occultisme et la magie noire.

L’un des fondements de l’idéologie hitlérienne repose sur le pangermanisme, qui vise à l’union par tous les moyens y compris la violence de tous les peuples d’origine germanique, les nazis rajoutant le mythe de la race pure.

Les origines de cette doctrine trouvent leurs sources dans la Société Secrète Thulé, fondée en 1918, contrée mythique du grand nord prétendument habitée par une race supérieure de géants. Thulé aurait sombré dans la mer, mais quelques uns de ses habitants auraient échappé au cataclysme et engendré la race aryenne.

La société Thulé a donc inspiré la suprématie de la race allemande, ainsi que l’attente d’un “messie” qui la conduirait à la suprématie planétaire. C’est cette “mythologie” que le régime nazi a tenté de sacraliser avec les conséquences que l’on connait malheureusement.

EVELYNE DAUMARIE

Ajouter un commentaire