9ème conférence U T D 2017-2018 Jérusalem ville trois fois sainte

 

Jérusalem, ville trois fois sainte 

Conférence donnée par Claire REGGIO Docteur en histoire des religions

Jérusalem, est au cœur de trois religions monothéistes « car elle contient les lieux les plus sacrés des religions juive et chrétienne et le troisième lieu saint de l’islam après La Mecque et Médine ».

Elle est située dans une région constituée de vallées et de monts dont celui de Moriah ou mont du temple où  3000 ans en arrière, le roi Salomon avait établi le 1er temple.

Le site remonte à la  préhistoire et résumer son histoire, biblique, religieuse, voire politique, reste une entreprise difficile, et peut être inutile ici dans le détail, attendu qu'il existe de nombreux écrits par des historiens et des spécialistes de l'histoire des religions.

Cette ville est majoritairement peuplée de juifs à l'Ouest tandis qu'à l'Est ce sont les Palestiniens qui dominent, quant à la vieille ville, ce qu'il faut en retenir c'est qu'elle est divisée en quatre quartiers, musulman, juif, chrétien, et même arménien, chacun renfermant des vestiges et traces de leur histoire. 

Pour avoir une idée sur l'imbrication de ces religions et  pouvoir localiser sommairement dans cette vieille ville les principaux lieux de culte,prenons un vaste carré orienté  Est-Ouest divisons le en quatre parties et parcourons les d'Est et en Ouest
 

Carte 1 jerusalem


Le quartier musulman, domine en haut à droite côté EST avec un vaste espace,l'esplanade des mosquées, en dehors des limites traditionnelles du quartier, et où se situent d'une part, le Dôme du Rocher, site sacré puisqu'il s'agit du lieu du sacrifice d'Abraham et à partir duquel le prophète Mahomet se serait envolé vers ciel et d'autre part la mosquée Al-Aqsar du VII siècle et maintes fois détruite, brulée, ou saccagée.

Sur le côté occidental de l'esplanade des mosquées, dans Le quartier juif se trouve le mur des lamentations,  « allusion aux pélerins venant y pleurer la destruction du Temple et l’exil du peuple juif, aujourd’hui « Mur occidental » car mur ouest du Temple détruit par les armées de Titus en l’an 70,  et vestige du Temple, bâtiment religieux construit par les Israélites pour abriter l’arche d’alliance, et les tables de la loi  données à Moïse sur le Mont Sinaï ».

C'est un site incontournable du quartier devant lequel se trouve une grande esplanade vide. Celle-ci sert de synagogue en plein air, orientée plein sud. » 

Par la suite, ce mur a été intégré aux murs d'enceinte de l'esplanade des mosquées pour les musulmans  ou esplanade du temple pour les juifs  lors de la construction du Dôme et de la mosquée d'Al-Aqsar.

Dans le quartier juif cette portion de soubassement est le lieu le plus sacré pour les juifs du monde entier. Ce mur revêt aussi une signification importante pour les musulmans car il sert de soutènement à cette esplanade où sont construits Dôme et mosquées d'où les revendications religieuses pour les juifs et les musulmans.

Le quartier chrétien  en haut à gauche dans la partie Nord- Ouest de la vieille ville, renferme entre autre la mosquée d'Omar et surtout  la basilique du Saint sépulcre, « lieu très saint pour une grande partie des chrétiens construit sur la grotte où le corps du Christ fut déposé après avoir été descendu de la croix » le  lieu le plus vénérable pour tous les chrétiens de toutes les confessions se trouvant à Jérusalem.

Quant aux Arméniens, « bien qu'étant très majoritairement chrétiens, ils ont leur propre quartier  dans la partie Sud-ouest de la vieille ville car cette communauté arménienne de Jérusalem a une histoire particulière qui précède même la naissance du christianisme ».

Au delà de ces sommaires considérations géographiques et historiques,restent les passions culturelles et religieuses qui font de cette ville d'aujourd'hui un point très sensible sur le plan politique et diplomatique dans cette région du Moyen Orient.

 

 Par L. Comps  suite à conférence donnée par Mme Reggio et suivant sources Wikipédia